Archives de Tag: suicide

Hôpital malade… (bis)

Ce que j’en dis dans ce billet, est confirmé sans surprise dans cet article. 2 suicides et un accident d’urgentiste en 3 jours, on va où là ?
De plus, les impasses liées aux difficultés à travailler, c’est-à-dire à prodiguer des soins dans de bonnes conditions physiques (les gardes sont longues) et psychologiques, ouvrent directement la voie aux conflits entre personnes…

Si le climat social dans votre service, au bureau ou en atelier est tendu, cherchez du côté de vos conditions de travail !

Extrait de ma curation Stress & Travail.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Psychologie

Hôpital malade : suicide d’un médecin, encore.

La mise en place de la nouvelle gouvernance du Plan Hôpital 2007 a fait basculer les établissements hospitaliers d’une logique de soin à une logique de résultats (avec une tarification à l’acte T2A). Les services rendus plus autonomes dans la gestion de leur budget doivent ainsi subvenir à leurs propres besoins matériels. Cette nouvelle orchestration économique implique des transformations organisationnelles et fonctionnelles profondes. Les difficultés d’exercice des agents hospitaliers en sont accrues et diluent de fait leur vocation initiale de porter secours et assistance aux hommes.
Prendre soin des soignants pour qu’ils prennent soin de nous…

Article source

Extrait de ma curation Stress & Travail.

1 commentaire

Classé dans Psychologie

Suicide & travail dans la police

Ce sont essentiellement les « meilleurs éléments », ceux qui font leur travail dans les règles de l’art, qui sont aussi les plus exposés au mal-être lorsque les critères de qualité dans l’exercice des fonctions sont revus à la baisse. Comme dans cet exemple, passer d’une logique de service à une logique économique transforme les valeurs en profondeur.
On ne se reconnait plus alors dans ce que l’on fait, et ce manque de reconnaissance de soi par soi empêche en tout premier lieu le plaisir au travail, la fierté qu’on en retire. On ne fait plus du « bon boulot », cela démotive.
De plus, cela entrave de fait, l’élaboration de l’identité professionnelle puisque l’on est dans un conflit éthique avec son activité, alors même que l’on aime son métier : on voudrait pouvoir l’exercer autrement et mieux, mais on ne peut pas !
Les personnes ayant une très grande conscience professionnelle restent des sentinelles essentielles pour la préservation du « bon boulot ».
Ce suicide intervient alors même qu’une enquête de 8 mois menée par le CNRS de Toulouse sur le management et les conditions de travail, vient d’être lancée dans la police.

Article source

Emmanuelle PERRIER

Extrait de ma curation Stress et Travail.

Poster un commentaire

Classé dans Psychologie