Archives de Tag: sentiment d’insécurité au travail

Sentiment d’insécurité au travail & présentéisme (burn in) : quel lien ?


Forcément : quand je suis préoccupée par quelquechose, il m’est difficile de me concentrer sur ce que j’ai à penser et à faire. Ce d’autant plus que je me sens en insécurité, c’est-à-dire que mon intégrité psychique ou physique est potentiellement menacée.
Le sentiment d’insécurité n’est pas strictement lié à un danger visible, concret et immédiat, mais peut-être insidueux et abstrait, et donc tout aussi réel. Il est d’autant plus « consistant » et envahissant qu’il se prolonge dans le temps.

Si je ne m’en occupe pas, si je ne cherche pas à trouver ce qui en est la cause, l’inquiétude sourde m’empêchera de faire mon travail correctement. Je serais là, en poste, présente mais l’esprit ailleurs, désengagée de mon activité, démotivée à la longue. Démotivée par le fait de ne pouvoir reprendre le dessus sur ce que je fais car prise par mon stress, insatisfaite du travail réalisé, peu efficace. Et là, sympa de rentrer le soir à la maison dans cet état là, et plus encore de me lever le matin et savoir ce que je vais retrouver au travail…

Tendue, j’y serai donc présente physiquement sans l’être totalement psychologiquement. Réel inconfort pour moi, cela me coûte beaucoup en énergie, je suis en « burn in » (je ne dors pas si bien la nuit, en tout cas ne me repose pas), mais cela coûte aussi beaucoup à mon entreprise. Bien plus que si je m’absentais…

A qui le dire ? A mes pairs, mon délégué du personnel, mon patron ? Pas seulement. Un psychologue du travail fait aussi le lien entre les professionnels d’une organisation qui n’échangent pas assez correctement pour comprendre, et ainsi trouver de quoi rétablir un fonctionnement plus fluide.

Emmanuelle PERRIER

Pour aller plus loin…

1 commentaire

Classé dans Psychologie

Le sentiment d’insécurité au travail : ce que dit la loi


Ce qu’en dit Nadine REGNIER ROUET : « Employeurs, la sévérité de cette décision ne doit pas vous détourner de votre obligation de sécurité à l’égard de vos employés. Ne rien faire est assurément la porte ouverte à une très lourde condamnation en cas d’accident du travail et même en cas de contentieux prud’homal, en l’absence d’accident, si votre salarié invoque des conditions de travail « à risque ». » Plus de précisions ici.

Ce que j’en dis :
« La lutte contre le sentiment d’insécurité au travail peut sembler compliquée à mettre en place du fait même de sa nature. Subjectif et donc personnel par essence, il implique en tout premier lieu la nature des liens existants dans l’organisation concernée. Aussi soutient, confiance et reconnaissance dans les relations professionnelles aident à trouver conjointement des voies de solutions. La restauration du sentiment de sécurité est un travail collaboratif avant tout et est un facteur majeur de réduction de stress.
Meilleur confort psychologique > meilleur déploiement de compétences > création de valeur. » Emmanuelle PERRIER

Pour aller plus loin…

Poster un commentaire

Classé dans Psychologie